Vous mangez avec un client : qui doit payer?

| October 13, 2015 | Sagesse Financière

Jusqu’à récemment, les repas entre fournisseurs et clients étaient le moyen privilégié de créer des relations d’affaires. Cela est beaucoup plus compliqué de nos jours. En effet, bien des entreprises ne voient pas d’un bon œil l’échange de cadeaux, car cela pourrait être interprété comme un conflit d’intérêts ou, en d’autres termes, comme une tentative d’influencer la prise de décisions.

Que faire alors si un client vous invite au restaurant? Est-ce encore acceptable d’inviter un client pour un repas? Voici quelques conseils qui vous aideront à répondre à ces questions d’étiquette.

1. Demandez directement à votre client quelle est sa politique sur les cadeaux d’affaires

Pour certaines entreprises, même une simple allégation de conflit d’intérêts pourrait suffire à enclencher des mesures disciplinaires. Même si votre invitation ne cache aucune intention malhonnête, la réputation de votre entreprise pourrait être compromise. Avant de vous retrouver dans l’embarras, il est donc préférable de vous informer au préalable de ses politiques en vigueur en matière de repas d’affaires.

Ainsi, vous pourriez demander discrètement à un gestionnaire de vous expliquer ces politiques. Vous pourriez aussi tout simplement instaurer une politique d’entreprise qui permet l’inclusion d’un repas d’affaires seulement si une réunion chevauche l’heure habituelle d’un repas.

2. Optez pour des repas d’affaires modestes et occasionnels

Si vous invitez un client à un repas ou si un client vous invite, faites preuve de modération dans vos dépenses. En effet, un repas somptueux pourrait non seulement vous coûter très cher sur le plan monétaire, mais il pourrait aussi laisser présager une intention malhonnête de votre part, ou même créer des attentes chez votre client pour la prochaine fois.

Optez pour un repas simple et sans tous les extras. Limitez votre consommation d’alcool, et laissez tomber les hors-d’œuvre et les desserts. Les normes relatives aux frais de repas acceptables varient d’une entreprise à l’autre. Toutefois, pour avoir une idée générale des montants que le gouvernement canadien juge raisonnables pour ses employés voyageant pour affaires, vous pouvez consulter le barème du Conseil national mixte. Vous y trouverez une liste des coûts acceptables alloués pour le petit-déjeuner, le dîner et le souper.

3. Proposez toujours de partager l’addition

Lors des repas d’affaires, l’étiquette suggère de toujours proposer de partager l’addition, même si le client vous a invité. Vous éviterez ainsi d’être embarrassé au moment de l’addition, et vous démontrerez ainsi que vous ne vous attendez pas à recevoir de faveurs.

Si le client insiste pour payer, mais que cela vous met mal à l’aise, vous pouvez simplement dire que cela va à l’encontre de la politique de votre entreprise. Dans certains cas, le fait d’être invité pour un repas fait tout simplement partie des mœurs de votre hôte, et un refus de votre part serait perçu comme une insulte. Si toutefois vous proposez de partager l’addition, vous laisserez ainsi le choix au client qui pourra décider comment réagir.

Recommandations

  • Demandez à votre comptable ou au responsable bancaire de votre petite entreprise s’il est préférable pour vous d’avoir une carte de crédit distincte pour vos dépenses d’affaires. Explorez, par exemple, les caractéristiques de la carte MasterCard – EntreprisesMD.
  • Discutez de cette question avec d’autres propriétaires de PME pour en savoir davantage sur certaines pratiques exemplaires qui s’appliquent à votre situation.